Rechercher dans le forum

Cette question a été résolue

Arrêt maladie de 6 mois - Contrôle médecin conseil

En arrêt depuis le 30.11.2023 j'ai eu un rdv avec un médecin conseil qui m'a informé que je devais reprendre le travail à la fin de mon arrêt qui s'arrête le 06/06/2024, or mon psychiatre est contre cet avis.
Je pense que si je suis prolongé, cela peut justifier mon absence auprès de mon employeur sans aucune sanction mais par contre, je ne serai plus indemnisée par la CPAM ?
J'ai pris RDV avec le médecin de la médecine du travail, si ce dernier confirme que je ne peux pas reprendre mon poste temporairement, comment cela se passe ? Suis-je de nouveau indemnisée par la CPAM ?
Merci
Merci

Crion

  • 1 question posée
  • 0 réponse publiée
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponse certifiée par un expert ameli

Un expert ameli a validé la réponse ci-dessous.

Bonjour Crion,

Si le médecin conseil a notifié que votre arrêt n'était plus médicalement justifié, vous ne percevrez plus d'indemnités journalières à la date indiquée sur cette notification.

Si votre médecin traitant vous prescrit un nouvel arrêt et que ce dernier intervient dans un délai de 10 jours francs à compter de la reprise de travail notifiée (à temps plein comme en mi-temps thérapeutique), ce dernier sera étudié par le service médical.

Si vous souhaitez contester la décision prise par le médecin conseil, vous pouvez prendre connaissance de ce topic relatif à la commission médicale de recours amiable (CMRA).

Je vous souhaite une bonne journée.

Ce post vous a-t-il été utile ?

aucun utilisateur n’a répondu à la question pour l’instant

Autres réponses

Elryn

  • 2 questions posées
  • 20990 réponses publiées
  • 1721 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Vous devrez contester

Concernant votre employeur cela relève du droit du travail