l'Assurance Maladie

Rechercher dans le forum

Cette question a été résolue

Habiter à Barcelone et travailler pour une société française à Paris?

Bonjour,
Je travaille pour une société française à Paris et je souhaite aller vivre à Barcelone.
La société est d'accord sur le principe. Je vais continuer à être payée en France sur un compte français.
J'ai vu sur le site du Cleiss que je garde mon affiliation Securité sociale française?
N'étant pas proche de la frontière, je ne pense pas être assimilé à un travail frontalier.
Qu'en est-il? Puis-je garder ma sécu française?
Merci par avance de votre aide.
Nini

NiniZanzibar

  • 1 question posée
  • 0 réponse publiée
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponse certifiée par un expert ameli

Un expert ameli a validé la réponse ci-dessous.

Élodie

  • 4409 réponses publiées

Epicurienne avant tout, on me dit aussi mesurée, courageuse et sensible. Parfois o...

Voir le profil

Bonjour NiniZanzibar,

Si votre question concerne le détachement à l'étranger, je vous invite à consulter l'article intitulé "Vous partez travailler en tant que détaché dans un Etat membre de l'Union Européenne, en Islande, au Liechtenstein ou en Norvège ou en Suisse" publié sur le site du centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (Cleiss).

Pour toute précision et toute question en lien avec votre situation personnelle, je vous recommande donc de prendre un rendez-vous en accueil avec un conseiller de la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de votre lieu de résidence.

Il pourra répondre à toutes vos questions et vous apporter une réponse personnalisée. Vous pouvez prendre ce rendez-vous par téléphone en composant le 36 46.

Toutes les coordonnées de la CPAM concernée sont sur ameli.fr, dans la rubrique "Adresses et contacts".

Je vous souhaite une bonne journée.

Ce post vous a-t-il été utile ?

aucun utilisateur n’a répondu à la question pour l’instant