Rechercher dans le forum

Cette question a été résolue

Invalidité par médecin et refus de la SS !

Bonsoir , voilà je ne sais pas quoi faire pour tout vous dire je suis perdu , je suis passé devant le médecin de la CPAM qui m’a mis en invalidité cat 2 et je viens de recevoir un mail de la CPAM qui refuse mon invalidité, j’ai 5 enfants , je suis en maladie depuis mars 2017 et me retrouve sans plus rien à la fin de mois qui pourrait me dire quels sont les recours , ce qu’il y a lieu de faire , je suis perdu merci d’avance !

Jean-marc

  • 2 questions posées
  • 5 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponse certifiée par un expert ameli

Un expert ameli a validé la réponse ci-dessous.

Bonjour Jean-marc,

Pour percevoir une pension d'invalidité, vous devez remplir les conditions suivantes :

Vous n’avez pas atteint l’âge légal de départ à la retraite,

- Votre capacité de travail ou de revenus est réduite d'au moins 2/3,

- Vous êtes immatriculé depuis au moins 12 mois au moment de l'arrêt de votre travail suivi d'invalidité ou au moment de la constatation de votre invalidité par le médecin conseil de votre caisse d'assurance maladie.

- Vous avez effectué au cours des 12 mois qui précèdent votre arrêt de travail suivi d'invalidité ou constatation médicale de l'invalidité au moins 600 heures de travail salarié, ou vous avez perçu un salaire au moins égal à 2 030 fois le Smic (salaire minimum de croissance) horaire.

Sur votre notification de refus administratif de pension d'invalidité, votre caisse d'assurance maladie vous a indiqué les voies de recours.

Vous trouverez, sur cet article, plus d'informations sur l'invalidité.

A noter : Le service social de l'Assurance Maladie peut vous aider à trouver des réponses concernant vos droits, la prise en charge de vos soins, une éventuelle reprise de travail et vous accompagner dans cette nouvelle situation de vie. Sachez que vous pouvez le contacter depuis la rubrique "Ma messagerie" de votre compte ameli

Bonne journée

Ce post vous a-t-il été utile ?

46% des internautes ont trouvé cette réponse utile

Autres réponses

Elryn

  • 2 questions posées
  • 11613 réponses publiées
  • 1440 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour

Quel est le motif du refus?

En effet le service médical regarde le côté médical: est il justifié médicalement que vous soyez en invalidité? Oui.

La cpam regarde le cote administratif: est ce qu’au vu de la loi vous remplissez les critères pour être en invalidité: pas forcément.

Cordialement

Jean-marc

  • 2 questions posées
  • 5 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour et merci pour votre réponse ,
Le motif est visiblement parce qu’au cour des 12 mois précédents ma demande d’invalidite Je n’ai pas travailler , je ne risquais pas j’etais et suis toujours en maladie jusqu’a La fin du mois !

Suite à mon contrôle avec le médecin de la CPAM et vu qu’il a décidé de me mettre en invalidité en catégorie 2 je n’ai p’us d’IJ a la fin du mois et donc me retrouve sans rien , je devais passé en invalidité le 1er m’ai !

Jean-marc

  • 2 questions posées
  • 5 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour et merci pour votre réponse , visiblement le motif serait parce que je n’ai pas travailler pendant les 12 mois civil précédant la demande d’invalidite en même temps ça ne risque pas ça fait un an que je suis en maladie et je le suis toujours jusqu’a La fin du mois.
En effet je devais passé en invalidité le 1er mai , la CPAM me stoppe mais IJ le 30/04 et vais donc me retrouver sans plus rien

Elryn

  • 2 questions posées
  • 11613 réponses publiées
  • 1440 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour

Les droits sont étudiés sur les 12 mois avant l’arret Maladie de mars 2017 (en tout cas avant l’arret lié à la pathologie qui entraîne l’invalidite) .

Quelle était votre situation avant?

Jean-marc

  • 2 questions posées
  • 5 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Je suis en maladie depuis mars 2017 , je suis rentré dans l’entreprise début janvier 2017 , l’employeur ne m’a pas renouvelé mon contrat qui était en CDD et qui c’est terminé le 30/06 , en ce qui concerne la période précédente j’etais Demandeur d’emploi inscrit à pôle emploi ! Comme je dis je n’ai pas demander à être malade et avoir été au chômage , si une pension d’invalidite est accordé par le médecin de la sécu ce n’est pas pour rien ,si je travaillais je ne vois pas pourquoi je demanderais une pension d’invalidité !
Je mettais inscrit en intérim , il a fallu que je discute pendant 1h avec le médecin de la médecine du travail pour qu’il me valide apte !

Jean-marc

  • 2 questions posées
  • 5 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Je suis porteur de pompe à insuline avec neuropathie diabétique, j’ai les yeux atteints à un stade bien avancer , j’ai eu une pose de stents en septembre dernier et toutes les artères bouchées entre 50 et 70 % ( a 40 ans ) j’ai des problèmes d’hypertension , un début d’atteinte rénale et prends des cachets pour dormir et enfin j’ai été reconnu par la MDPH handicapé entre 50 et 79 %

Elryn

  • 2 questions posées
  • 11613 réponses publiées
  • 1440 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

le médecin conseil a validé la partie MEDICALE. après si vous n'avez pas assez cotisé pour avoir droit aux versements c'est comme ca...

Je ne suis pas assez calée pour voir ce qu'il en est quand on a été dans votre situation (avec chomage etc) pour vous dire si la CPAM a bien apprécié votre dossier. Prenez contact avec une assistante sociale (en appelant le 3646) pour voir s'il faut faire un recours

et de l'autre coté faites un dossier MDPH en demandant l'allocation adulte handicapé

Elryn

  • 2 questions posées
  • 11613 réponses publiées
  • 1440 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Je vais me répéter Jean Marc: sur le côté MÉDICAL pas de souci vous êtes bien invalide personne ne le nie.

Reste que d’un point de vue administratif vous ne pouvez pas prétendre à l'indemnisation De cette invalidité. Vous n’avez pas assez cotisé sur les derniers mois.

Donc tournez vous vers l’aah de la MDPH

chrissie

  • 0 question posée
  • 1 réponse publiée
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

c'est quoi l'aah de la MDPH ?

Bonjour chrissie,

L'allocation aux adultes handicapés (AAH) est une prestation versée par la caisse d'allocations familiales (Caf). De plus amples informations sont disponibles sur caf.fr, rubrique "L’allocation aux adultes handicapés (Aah)".

Vous trouverez aussi des renseignements sur handicap.gouv.fr, rubrique "Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH)".

Bonne journée

Anonyme

Bonjour , j'ai 45 ans j'ai un pace macker pour un dysfonction Chronotrope et de dysfonction sinusal avec tachycardie atrial et hypertension de plus un lombo- sciatalgies a bascule d'origine discale. Lors d'une visite médicale a la médecine du travail , le médecin ma mis en inaptitude temporaire, l'intérim a dû mettre fin a mon contrat et J'avais fait une demande de pension d'invalidité en octobre 2019 qui a était refuse car je n'étais pas en arrêt maladie . Après un ans d'arrêt maladie en juillet 2020 j'ai refait une demande de pension d'invalidité avec un certificat médical du médecin de famille, le médecin conseil du service médical ne m'a pas convocer , je n'es pas eu de lettres de refus où d'accord d'invalidité et aujourd'hui jai reçu sur ameli un courrier en me disant ( J'ai pris connaissance de votre demande du 27/07/2020 par laquelle vous sollicitez l'attribution d'une pension d'invalidité. Je vous informe que je ne peux donner une suite favorable à votre demande pour le motif suivant : le paiement de vos indemnités journalières est toujours en cours.

Je ne comprends pas pourquoi cette réponse.
Merci de votre compréhension.

Bonjour Lesya,

Lorsque des indemnités journalières sont en cours de versement par la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM), l’initiative de la demande de pension d’invalidité relève de la seule compétence de la CPAM et du Service médical.

Pour toute précision complémentaire, je vous invite à interroger directement votre caisse primaire via la messagerie de votre compte ameli.

Sachez que si vous le désirez, le service social de votre caisse primaire d’assurance maladie peut vous accompagner dans vos démarches.

Pour le contacter, c’est très simple, il vous suffit de vous connecter à la messagerie de votre compte ameli, et de sélectionner "Contacter le service social" en objet de votre message.

Bonne journée.

Raslebol

  • 2 questions posées
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

le médecin-Conseil a une grande responsabilité sur la santé des assurés. j'ai une invalidité permanente, handicapante et douloureuse, s'ajoute un diagnostic d'un Syndrome Stress Post-Traumatique ( harcèlement sexuel, agression sexuelle et accidents de route) , en sus d'un AT de trajet en 2019 qui m'a conduit aux Urgences et une immobilisation de plus de 8 mois avec une attèle de l'hôpital de la hanche jusqu'à la cheville. Je ne peux plus travailler car j'ai en plus une boiterie. Je suis soignant dont ses jambes est son outils humains de travail. Je n'ai cessé d'être consulté par un Médecin-Conseil, mes demandes sont restées vaines. Puis, de manière fortuite, pour la veille au lendemain, je consulte mon compte AMELI pour une convocation ( 77) pour le 8 octobre 2020. Je m'y rends avec une boiterie à ce jour, avec genouillère et béquilles, je suis reçu par le Médecin-Conseil de manière hostile, glaciale et à la chaîne. j'ai apporté tous les certificats et justificatifs. Le Médecin-Conseil, pincé ne me regardait pas, sans aucune empathie et bienveillance. Elle me demande de me lever, je retire difficilement ma genouillère, je me lève et me demande de marcher j'ai failli tomber du fait de ma boiterie, je me suis retenu grâce au mit médical, puis elle me demande de plier les jambes, je n'ai pu y arriver et me lance, je me lance que si des handicapés peuvent travailler, vous pouvez travailler en m'assénant à plusieurs Pôle Emploi, Pôle Emploi... se dirige vers son ordinateur, sans regard sans un mot, rédige sans m'informer. elle se lève, elle ouvre la porte sans salutations. Anéanti, j'avais qu'une seule envie est de me jeter dans la seine ( Melun).

Je vis, sans répit, au quotidien tous les lésions organiques et psychiques, des douloureux indicible, des cauchemars, des sursauts, etc, UN ENFER !
le 3 novembre 2020, mes IJJ ont été stoppé nette me mettant dans une situation personnelle et financière dramatique ( défaut de paiement, interdit bancaire, autorisation de découvert retirée par l'absence de rentrée de ressources etc...). Malgré cela, je poursuivais à fournir mes arrêts de travail de novembre à fin décembre. Je reste sans aucune ressources durant 2 mois, aucune, ni de quoi subvenir à mes besoins vitaux ( se nourrir, etc...).
En novembre, je constitue mon dossier de DEMANDE DE PENSION D'INVALIDITE en appui de diagnostics sérieux par mon médecin-traitant et par mon médecin spécialisé qui n'ont pas été pris en compte par ce médecin-Conseil.

Fin octobre, je reçois un appel téléphonique par un agent avec son portable personnel et s'excuser du comportement de ce Médecin-Conseil.
Du fait que j'exerce dans le secteur médical et médico-social, en contact avec différents collègues, le nom de ce Médecin-Conseil circule très négativement et qui est venu s'attesté par les confessions ou les affirmations par une Assistante sociale de la CPAM qui m'a affirmé que ce Médecin-Conseil a à son actifs plusieurs signalements remontés à sa hiérarchie.

En janvier 2020, PAR CAS DE NECESSITE MAJEURE, je me vous contraint de trouver un travail pour subvenir à mes besoins et de gérer mes soucis financiers par la faute de la CPAM. Sans me plaindre, sous mon uniforme, je marche avec ma genouillère, en traînant la jambe. je suis infecté par le coronavirus au travail.

Aujourd'hui, je subis des graves symptômes post-COVID, j'ai tous les symptômes qui sont sont ajoutés au SSPT, à l'invalidité permanente handicapante et douloureuse.

J'ai été contraint d'être mis au vert par mes médecins don j'ai demandé en Février 2021 le transfert de mon dossier ( théoriquement met 15 jours) en mars le transfert de mon dossier n'avait toujours pas été effectué.

Au vu de ces éléments, si le Médecin-Conseil avait été un "médecin" ayant prêté serment d'Hippocrate, avec empathie et bienveillance j'aurais commencé à ce reconstruire moralement et je n'aurai été contaminé au coronavirus.

Comment la CPAM peuvent laisser des assurés qui cotisent dans leurs souffrances entre les mains de ce type de médecin-conseil. J'ai écris par mail à la Directrice de la CPAM et au service INVA.

C'est une triple peine, une mort psychologique. Je tiens responsable la CPAM concernée. Je suis en attente du réexamen du mon dossier de PENSION D'INVALIDITE.

Non-conforme à la règlementation, je reçois sur mon compte AMELI en une seule phrase que j'ai reçu un avis défavorable au vu des éléments ci-dessus, pour ma PENSION D'INVALIDITE.

J'aurai dû recevoir une notification officielle avec les voies de recours, non-reçu.

Je regrette cette situation.

Raslebol

  • 2 questions posées
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Madame, Monsieur les Experts,

A titre personnel, je tiens à remercier de l'objectivité de vos réponses. Cependant, les comportements inacceptable de médecin-conseil sont déshumanisés, violents, non-conforme à la Déontologie. Je suis ahuri des témoignages accablants de ces types de médecins qui n'ont pas à être au contact de patients déjà vulnérabilisés par la maladie que ces Médecin-Conseil aggrave l'état de santé.

Avec une invalidité permanente handicapante et douloureuse à la suite de d' accidents de la route, 2 AT de longues durées dont l'un qui m'a conduit aux urgences avec une immobilisation de longue durée du fait des souffrances au travail sévères, un Syndrome Stress Post-Traumatique ( SSPT) ( accidents de la route et harcèlement sexuel au travail ) dont la CPAM accuse un retard considérable au terme de sa reconnaissance et de ses conséquences de gravité.

j'ai été diagnostiqué par mon médecin spécialisée SSPT. Je vis au quotidien, sans répit, des douleurs morales et organiques avec une boiterie jusqu'à ce jour (AT) et des douleurs atroces d'un autre AT de ma main ( doigt). Je me déplace en béquille et une genouillère. D'AUTANT PLUS QUE je suis soignant dont mon métier est de prendre soin et de sauver des vies.

J'ai été mis au vert au vu ces éléments par mes 2 médecins, car ma santé était en jeu. Du jour au lendemain, il m'a été oralement informé que mon AT accident du travail n'était plus justifier et mes IJJ ont été stoppé de manière immédiate avec une RENTE EN CAPITAL de 995 euros ( qui correspond à 3% ne correspondant pas à la réalité de mes lésions organiques et morales) qui est venu compenser mon découvert. ET SI CE N'EST QUE CELA ET PIS ENCORE, du fait de cette situation, j'ai vécu une descente aux enfers, pendant 2 mois ( NOV-DEC 20), j'étais sans ressource car mon état de santé ne me permet plus de travail m'occasionnant des conséquences dramatiques sur les plans financier ( défaut de paiements, interdit bancaire, perte de mes moyens de paiement, etc.), personnel et de la santé.

J'ai été invité à solliciter à une demande de PENSION D'INVALIDITE en appui de pièces médicales très sérieuses par mes 2 médecins qui m'ont suivi sur des mois. Et, en 15 mn de temps imparti avec ce médecin-Conseil, elle a détruit ma vie ALORS QUE j'aspire, au vu des éléments ci-avant, à me reconstruire et ne suis plus en capacité d'être sur une lieu de travail.

J'apprends via mon compte AMELI en une phrase que ladite médecin-Conseil a émis un avis défavorable à cette demande de PENSION D'INVALITE ce qui est non-conforme à la règlementation.

J'ai changé de région, étant au vert par cas de nécessité, je pense que j'ai le DROIT d'être consulté de nouveau par un autre médecin-Conseil afin de reconsidérer ma situation médicale en toute objectivité au vu des dites pièces.

Ce qui ce passe en France, n'est absolument pas "normal", cette occultation de la situation médicale par ce types de médecins-conseils qui plus est, est à sujet de plusieurs signalements ou plaintes remontées à la CPAM (77) par des patients, connus pour ses attitudes et comportements inappropriés en tant MEDECIN !

Sans ressource, j'ai du faire la manche et de manière éhontée, demander à des personnes de me prêter pour subvenir à mes besoins les plus vitaux ( Virginia Henderson (14 besoins fondamentaux)), je suis resté plusieurs sans me nourrir Par E.x..

Puis, en janvier 2021, par cas de nécessité avec une boiterie, j'ai trouvé un travail avec la peur au ventre, avec ses douleurs atroces, morales et organiques que je porte sur le dos. 8 jours plus tard, après mon embauche, j'ai été contaminé au coronavirus au travail avec une charge virale importante qui a duré au delà des 7 jours d'isolement théorique à l'époque. Le sentiment de mourir était présent.

Aujourd'hui, je dois faire face à un post-COVID ou un COVID long dont les médecins ne sont pas, à ma connaissance, au fait. LA Haute Autorité de la Santé ( H.A.S.) ou l'A.R.S. qui a une réputation discutable dans la communauté médicale, n'ont pas informé les médecins sur ce phénomène qui ne maîtrisent pas vers cette inconnue dans cette équation, sur ce nouveau terme : le COVID long.

Si ma situation médicale lourde de conséquences afin de me reconstruire, au vu des éléments, avait été prise en considération, je j'aurai pas été infecté au coronavirus puisque depuis le début de la PANDEMIE, j'ai systématiquement respecté les mesures gouvernementales médicales ; c'est mon métier. Je n'avais jamais été contaminé jusqu'alors.

Ma vie a été mise en danger par la faute inexcusable de ce médecin-Conseil en plus d'une discrimination. Bien entendu, j'ai écris à la Directrice de la CPAM du 77 et aux autres intervenants, resté sans réponse à ce jour.

Je pense que ma situation est prise très au sérieux, car il en va de ma vie.

Avec sagesse et prise de hauteur, bien que cela m'épuise en matière de charge mentale, j'attends sa réponse. Ce médecin-Conseil doit répondre de ses actes et propos en vous rappelant je la cite en substance " si des handicapés [ même pas des personnes en situation de handicap, c'est le terme technique dans le respect de la dignité de la personne ] peuvent travailler vous pouvez travailler " sur un ton arrogant, méprisant et violent à l'image de l'ultra-violence sociétale. ce fût glacial et virulent. Ces dires sont gravés en mémoire, il est 05 heures 23, je ne trouve plus le sommeil, et sont très graves.

Fort heureusement que tous les médecins qui soient traitants ou Conseil de France font honneur au serment d'Hippocrate. Néanmoins, exercer la fonction de médecin requiert des qualités humaines, d'écoute, d'empathie.

Je dois puiser au plus profond de moi, pour que justice me soit rendue au vu de ma situation médicale et qu'elle soit réévaluée et prise en considération, sur pièces certifiées, auprès de ma nouvelle CPAM.

Ces faits déshumanisés et déshumanisants DOIVENT être dénoncés. Il s'agit de nos cotisations. Bien que je sois révolté et de manière justifiée au fort de mon intérieur ( c'est humain), je tiens à faire preuve de paix et de sagesse au vu de ma bienveillance innée afin que mes droits soient respectés.

Isabelle31500

  • 0 question posée
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonsoir
Quand un médecin de la CPAM ne fait pas son travail correctement faites un signalement à l'ordre des médecins qui est la aussi pour mettre un frein à des dérivés, ignoble en nous prenant juste pour du bétail.
Cordialement

Moimeme

  • 3 questions posées
  • 11 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour,

Enfin généralement les médecins font bien leurs travail ,ils ne nie jamais la maladie de quelqu un ou son handicape.
Ils savent très bien qui peu travailler ou qui ne peu pas travailler ,et qui n'a pas envi de travailler.

Ils ne s amusent pas à refuser une catégorisation 1,2 ou 3 quand elle est justifié , pour qu elle motif il refuserait ?

Généralement, si le médecin à conclu que vous n entriez dans aucune catégorie, il vous sera difficile de les faire changer d avis.

J ai un ami à qui on a refusé la cat 1 ,il a fais appel au tribunal ,ça a mis 2 ans avant d être jugé ,il a étais convoqué au tribunal ,médecin indépendant la osculté,et le resultat à étais le même, refus de lui donner une prime d invalidité.

Tentez votre chance , ont ne sais jamais ,si vous pouvez venir ici nous dire ou en est votre affaire ,ça peut être intéressant.

Courage à vous