Rechercher dans le forum

Cette question a été résolue

La dernière mise à jour des informations contenues dans la réponse à cette question a plus de 5 mois.

Se faire entendre par l'Assurance Maladie sans aller jusqu'au suicide

Bonjour;

Cela fait bientôt deux mois que j'essaie de faire valoir mes droits à la Complémentaire Santé de Solidarité. Deux longs mois pendant lesquels le Roi Ubu s'est invité dans mon dossier, entre incompétents, malveillants et jemenfoutisme latents mais destructeurs.

Le coup de grâce à été donné ce mardi quand une gentille femme du service de la Médiation de l'AM m'a téléphoné. Comprenant mon désarroi et ma détresse, elle m'affirme qu', ce jour, je serai bien allocataire de la CSS à condition que je lui renvoie par mail, une pièce que l'AM a égaré et que j'ai bien envoyée, l'autorisation de prélèvement de 252 euros (annuels) car je suis également allocataire de l'allocation AH suite à une méningite herpétique. J'ai donc renvoyé, DEUX FOIS cette autorisation.

Depuis, le néant, rien ou, si, PIRE, voici la réponse à cette envoi:

Je reviendrai vers vous dans les prochains jours pour vous communiquer la suite réservée.

La suite réservée ? De qui se moque t-on ? Cela fait deux mois que je devrai être couvert. Le jury bienveillant de l'AM va t-il me donner mon si glorieux diplôme d'allocataire de la CSS.

J'ai saisi le Défenseur des Droits et travaille sur une plainte aidé par un excellent avocat de mes amis. Mais cela ne semble pas émouvoir l'AM.

Que faut-il faire ?

Une grève de la faim, un suicide qui soulagerait l'AM d'un assuré dispendieux ?

Je suis épuisé par les dizaines d'heures passées à essayer de faire valoir mes droits mais, désolé, je ne lâcherai rien.

PasContent

  • 1 question posée
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponse approuvée par PasContent

L'internaute à l'origine de la question a trouvé utile la réponse ci-dessous.

Elryn

  • 2 questions posées
  • 21724 réponses publiées
  • 1720 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Ce qui m'intrigue dans tout cela c'est que... la CPAM a deux mois pour instruire votre demande. Vous n'êtes pas encore arrivé aux deux mois. Donc quel est le souci? Vous auriez souhaité que ca aille plus vite soit. Mais la CPAM est toujours dans les clous. Donc?

Ce post vous a-t-il été utile ?

44% des internautes ont trouvé cette réponse utile

Autres réponses

PasContent

  • 1 question posée
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Aussi loufoque que les quinze jours pour NUMERISER les pièces envoyées (dans mon cas une égarée par l'AM). Est-on au courant à l'AM de ce que l'on appelle dès pièces jointes ? On gagnerait un temps fou... pour tout le monde. Surtout pour les assurés.

Un scandale tandis que 'AM communique à grands renforts d'encarts publicitaires dans la PQN sur la RÉVOLUTION NUMÉRIQUE de l'Assurance Maladie.

Un comble autant qu'un mensonge.

PasContent

  • 1 question posée
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Si, cela plus de deux mois... aujourd'hui.

Instruire une demande ? Je ne suis candidat à rien, j'essaie, seulement, à faire valoir mes droits après moult sollicitations de la part de l’AM pour le faire. C'est tout. Je ne savais pas que la CSS était un diplôme et qu'il fallait deux mois pour INSTRUIRE un dossier.

Aussi ubuesque que les quinze jours pour numériser les pièces envoyées (dont une égarée dans mon cas par l’AM). Sait-on dans cette vénérable administration qu’il existe ce que l’on appelle des pièces jointes ? Tout le monde y gagnerait, surtout les assurés mais aussi les petites mains en charge de la numérisation.

Comme cela, de deux mois de ce que vous appelez instruction, on passerait à... une journée.

Une gabegie de temps et de moyens à mettre en regard de la campagne de communication que fait actuellement l’AM sur SA Révolution Numérique.

Si je n’etais pas victime de cette incurie indigne d’un service public au 21e siècle, j’en poufferai. Mais, actuellement, je suis plutôt atterré et tracassé par un tel déploiement d’inefficacité et de mauvaise volonté car, je suis effectivement victime d’un système rempli d’inefficacité. Et je ne dois pas être le seul. Malheureusement.

Elryn

  • 2 questions posées
  • 21724 réponses publiées
  • 1720 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Je précise dans le cadre de votre action juridique que je ne suis pas agent de la cpam mais simple citoyen contributeur du forum qui connaît bien les règles , les lois etc.

PasContent

  • 1 question posée
  • 3 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

J'entends bien, merci. Toutefois, la CPAM n'est pas dans les clous quand elle égare des documents envoyées, quand elle fait preuve d'une rare incompétence, mauvaise foi et mauvaise volonté (évidemment visible par moi seul au regard des "échanges" sur la messagerie préhistorique mise à disposition des assurés). Le Défenseur des Droits est saisi, une plainte est en cours d'écriture et, pendant ce temps là, je ne suis pas couvert et ne dois pas être le seul dans ce cas. Rien est fait et c'est notoire au sens juridique du terme que l'AM ne fait absolument rien pour que les échanges soient fluides, rapides et donc, efficaces. Je regrette la bonne vieille Sécurité Sociale, celle dans laquelle on pouvait avoir confiance, celle où l'on pouvait se rendre sans avoir à prendre rendez-vous... un mois et demi avant, ce temps ancien (pas "temps" que cela, encore en 2010) où des humains cherchaient à solutionner les éventuels "conflits" avec la Sécu. Un monde dans lequel assurés voulaient dire quelque chose. Désormais, on est assurés de n'être pas écoutés, pas entendus. Je suis adulte handicapé, malade et las de cette situation qui me pénalise. Alors, oui, j'irai jusqu'au bout pour faire défendre mes droits. Quitte à ce que cela déplaise. Merci de votre compréhension.