l'Assurance Maladie

Cette question a été résolue

mi temps thérapeutique après congés payés?

après avoir eu un arrêt maladie de presque un an, le medecin du travail envisage de me mettre en mi-temps thérapeutique - or l'employeur veut refuser ce mi temps (car il dit vouloir des informations compl auprès du médecin du travail) et me mettre en congés payés d'office car je n'ai pas pu les prendre du fait de ma maladie - il me dit que je pourrais prendre ce mi temps thérapeutique après mes congés...j'ai peur qu'à l'issue des congés je ne puisse plus prendre ce mi temps thérapeutique si ma santé ne s'est pas amélioré.
Pouvez vous me confirmer ou m'infirmer que je pourrais prendre ce mi temps thérapeutique après mes congés?
Si ce n'est pas possible, pouvez vous me donner des références reglementaires précises (code de la sécurité sociale,...ou autre) pour que je lui prouves que je perdrai le bénéfice du mi temps thérapeutique si je prends mes congés juste après la fin de mon arrêt maladie?
merci d'avance pour votre réponse

NOUNOURS

NOUNOURS

Niveau
0
22 / 100
points
  • 1 question posée
  • 2 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponse approuvée par NOUNOURS

L'internaute à l'origine de la question a trouvé utile la réponse ci-dessous.
Elryn
Elryn

Elryn

Niveau
4
5000 / 5000
points
  • 1 question posée
  • 2693 réponses publiées
  • 694 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Ça dépend est-ce que vos arrêts sont en ALD ou pas

Ce post vous a-t-il été utile ?

Non (0)

Oui (0)

0% des internautes ont trouvé cette réponse utile

Autres réponses

NOUNOURS

NOUNOURS

Niveau
0
22 / 100
points
  • 1 question posée
  • 2 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

non ce n'était pas une ALD

Elryn
Elryn

Elryn

Niveau
4
5000 / 5000
points
  • 1 question posée
  • 2693 réponses publiées
  • 694 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

<Dans ce cas vous devrez être de nouveau en arret pendant au moins 4 jours pour avoir un arrêt indemnisé à temps complet et donc pouvoir bénéficier d'un temps partiel thérapeutique...

Après votre employeur a le droit de refuser un temps partiel thérapeutique.

NOUNOURS

NOUNOURS

Niveau
0
22 / 100
points
  • 1 question posée
  • 2 réponses publiées
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

je ne comprends pas sur quoi vous vous basez pour dire ça?
de quel droit un employeur refuserait un mi temps thérapeutique? il se doit de se plier aux préconisations du medecin du travail
merci de me donner vos références juridiques car votre réponse me semble complètement improbable mais si vous m'apportez des preuves de ce que vous dites, je m'inclinerai devant mon employeur...
sinon, d'où sort cette histoire de 4 jours?

Elryn
Elryn

Elryn

Niveau
4
5000 / 5000
points
  • 1 question posée
  • 2693 réponses publiées
  • 694 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Vous etes pas obligée de m'agresser non?

Un temps partiel thérapeutique est pris en charge s'il est précédé d'un arrêt maladie complet indemnisé avant. Donc dans votre cas vu que vous n'etes pas en ALD, c'est un arret de 4 jours ( 3 jours de carence, puis 1 jour indemnisé).

Concernant le refus de l'employeur, c'est une question de droit du travail.
"" L’employeur peut toutefois s’opposer au temps partiel thérapeutique pour motif légitime lié à l’intérêt de l’entreprise.
Dans ce cas, il doit faire connaître les motifs qui s’opposent à ce qu’il y soit donné suite (article L4624-1 du code du travail). ""