Rechercher dans le forum

Question en attente de réponse

comment survivre après un deuil ?

Bonjour je m'appelle Stéphanie j'ai 34 ans depuis le 01 juillet 2021 ma vie c'est arrêter, car c'est ce jour la que mon fils Giovanni est mort né. Le problème c'est que j'arrive pas à me remettre du décès j'ai eu de grave séquelle physique car l'accouchement ça c'est très mal passé. J'ai fini en réanimation car après avoir du subir une reconstruction intégrale de la vessie du vagin et de l'utérus avec ablation des 2 trompes j'ai fait double phlébite et double embolie pulmonaire. Le problème à ce jour je ne suis plus avec le papa car il m'a quitté pour une autre sa fait 6 mois aujourd'hui il ma reproché ma dépression et mes problèmes de santé. Je me bat contre moi même pour lutter et vivre sauf que malgré la présence de mon fils ainé que je vois qu'une fois par semaine car son père refuse que je le vois plus souvent. Je vis un conflit avec moi même car je supporte pas le fait que j'ai du tuer mon fils. Et je n'arrive pas à trouver la paix avec moi même est ce qu'un jour on peut vraiment vivre mieux la perte de son enfant, car depuis un an j'arrive plus à aller sur sa tombe, je vis avec un calendrier dans la tête c'est affreux. J'ai l'impression de subir ce cauchemar. Je vois mon psychiatre sauf que pour lui à part me donner des médicaments que je veux plus prendre c'est compliqué. J'ignore quoi faire pouvez vous m'aider.
J'ai déja fait 2 hospitalisation en maison de repos pour dépression car j'ai fait plusieurs tentatives de suicide.

  • 1 question posée
  • 0 réponse publiée
  • 0 meilleure réponse

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Réponses

Germinal

  • 1 question posée
  • 461 réponses publiées
  • 19 meilleures réponses

    Les meilleures réponses sont les réponses certifiées par un expert ameli ou approuvées par l'auteur de la question.

Voir le profil

Bonjour

le Forum est plus axé pour donner des conseils utiles, mais administratifs, style : est ce que tu es bien couverte, perçois tu une pension invalidité etc

Pour l'enfer que tu viens de traverser, et que à te lire tu traverses encore, c'est pas simple sur un simple forum, de remonter le moral ... la dépression, elle est naturelle, quand on a subit tout ça, mais le coup c'est donc dans sortir, petit à petit mais sûrement.

Peut être essayer de voir un autre psy, si jamais le feeling passe "moyennement", et au cas ou tu te sens trop au fond du trou, pas de honte ou de gène, à te refaire hospitaliser à nouveau si jamais tu en as envie et/ou besoin, bref ta santé d’abord.

Pour les médocs, fais attention quand même, je ne m'y connais pas à fond, mais parfois c'est craignos de faire des arrêts brutaux, avec certains psychotropes, parfois il faut y aller très très progressivement en diminuant les doses à tous petits pas ... parles en, quand même avec ton généraliste au moins, si lui ou elle est "à l''écoute" (je sais que parfois oui, les RV, on se sent bâclé, mais bon ça pour tout le monde un peu la même chose ... )

là ça fait presque bientôt 3 ans, que tu souffres, il est grand temps que ça soit le début que ça ralentisse fortement hein ... pour toi même, pour ton grand, et même en mémoire de ton petit Giovanni !! tu l'as aimé, le temps qu'il était dans ton bedon, ça c'est indestructible, c'est d'ailleurs pour ça que ça fait si mal aujourd'hui, ... pas ta faute hein, si ton organisme à pas tenu le coup si le destin de la vie en a décidé ainsi !!! ça arrive à des millions de femmes sur la planète depuis que le monde est monde ... alors montre lui, si jamais de la haut, y a un truc, que maman malgré tout ça, c'est une héroïne qui va remonter la pente ...

réapprend, les petits plaisirs que la vie sur terre nous offre, malgré les coups durs, nous qui avons réussi à passer le cap de la naissance .., 34 ans, t'es pas encore "grabataire", tu peux encore espérer, profiter petit rayon de soleil, chaleur réconfortante de ta boisson chaude préférée, etc, te trouver moins moche dans la glace, car tu t'es offert une petite couleur ou un petit coiffeur (oui je sais parfois un luxe rien que ça mais bon ... ) ... et t'imagines même pas si ton fils ainé par exemple, remarque, sans le faire trop remarquer lui même, que maman, reprend du poil de la bête, la joie et le soulagement qu'il pourra ressentir .... après une fois le processus enclenché, la vie redémarrera, sans jamais oublier, bien entendu, et avec plein de compassions pour d'autres femmes qui traverseront la même chose, et que tu comprendras si bien ...

Tu t'exprimes bien toussa tousse, tu as encore pleins de belles choses à vivre, d’amour à donner ou recevoir etc (même si "platonique" dans premier temps, si jamais tu as besoin d'une pause de ce coté là aussi )

Bon rétablissement à toi et bonne journée